En attendant de grandir…Lettre imaginaire.

5

Chère ami,

Combien de temps est passé depuis qu’on l’on ne s’est vu. Il me semble que cette année là, j’avais dans les 16, 17 ans. Cela remonte à loin, à très loin maintenant. Cette triste et insondable jeunesse qui s’en va de plus en plus.

Il y a une chose qui me semble sur aujourd’hui …Je t’ai aimé, oui vraiment ! Je dirais même que tu m’as sauvé. A chaque regard, sourire, phrase même la plus anodine… Les années passantes ses souvenirs restent vivaces entretenus par mon extrême timidité apparu au début des années fac. Je gardais enfouis qu’un jour je te reverrais à un coin de rue. Nous nous arrêterons et rapidement nous partagerions un petit bout du passé. Aujourd’hui, le sentiment est plus une forte affection qu’un fort sentiment amoureux.
Il y a une chose à laquelle tu ne t’es sans doute jamais rendu compte. Tu m’as « sauvée », je ne sais pas combien de fois sur une période si courte, je me dis qu’aujourd’hui on serait resté en contact je pense que je te remercierai tous les jours.

Il y a plus de 10 ans cette lettre serait une lettre d’amour enflammée, une lettre ingénieuse où mes sentiments pas assez expressif avec des mots, se serait envolé sur le papier de manière tellement fragile que je n’aurai écrit qu’un « je t’aime » griffonné dans un coin caché de la feuille, en patte de mouche. Tellement cette timidité m’aurait dévorée littéralement les joues.

Si j’ai continué d’écrire et de dessiner c’est en grande partie grâce à toi et à cette période après le lycée. Je me suis tellement imaginée plusieurs façon de te revoir. De te croiser à cette fête du lycée dans cette salle d’art plastique. J’avais envisagé te voir dans un de ses couloirs, escaliers. Ton être y était encore fortement imprégné pour moi comme un être insaisissable, imaginaire.

Après ses années ton souvenir prenait le pas sur le véritable toi. Je t’ai romancé, je t’ai fantasmé, tu vivais en moi m’aidant à me rappeler les bons côtés de la vie et d’y sourire.
De vivre simplement…

Aujourd’hui si je te rencontrais au hasard ; je pense que je te sourirais et passerai mon chemin. Car tu es mon passé, mon beau passé, mon moteur qui fait que je suis cette personne aujourd’hui qui peut rire, sourire sans faire attention à l’autre. Sourire car c’est la chose la plus belle qui soit comme l’était ton sourire dans mon précieux souvenir.
Je ne pense pas vouloir te retrouver aujourd’hui, c’est plus simple ainsi.

Ce que je te souhaite c’est beaucoup de bonheur et tu continue de sourire à la vie comme je me souviens, souris se fût le plus cadeau que tu m’ais donné.

Ce que je voulais te dire : MERCI !

Bien à toi, bonne chance que la vie soit la plus douce possible.

M.S.H.


« Lorsque vous rencontrez votre ami sur le bord de la route ou au marché, laissez l’esprit en vous animer vos lèvres et diriger votre langue.
Laissez la voix en vous parler à l’oreille de son oreille ;
Car son âme gardera la vérité de votre cœur comme l’on se souvient du goût d’un vin.
Loin la couleur et disparu le flacon. »

(Khalil Gibran, Le prophète, extrait la parole)

Le souvenir du passé c’est une douce sensation…Tout dépend de son passé bien-sur. Personne ne garde les mêmes sensations d’un moment… A vrai dire cette période n’a pas été la plus heureuse, je me suis par la suite rattachée au souvenir d’une personne qui se fichait du quand dira-t-on, une personne solaire. Voilà le souvenir qui me rendait heureuse même après plusieurs années. Le fait d’avoir voulu le garder aussi vivace est bizarre. En y repensant, il a été nécessaire pour faire la transition avec la fac. Comme un sentiment rassurant.   Passant un nouveau cap, ce souvenir m’est revenu d’entre les morts…Il est aussi indissociable d’une musique 🙂 aussi…. En attendant de grandir…

ENJOY.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s